banniere du sitelogo du site


Analyses d\\\'eau:

Pour la première fois en 2007, le Syndicat a réalisé des analyses d\\\'eau des rivières afin d\\\'avoir une idée de la qualité des eaux de la Valmont et de la Ganzeville. Cette action, subventionnée parle Conseil Général et l\\\'Agence del\\\'Eau, va se poursuivre sur au moins 3 ans, fin du premier plan de gestion. L\\\'objectif principal est de suivre les impacts de nos aménagements sur le milieu.

Ainsi, des analyses physico-chimiques ont été réalisées, mais aussi des "analyses" biologiques, appelées indice biologique global normalisé (IBGN). Les IBGN permettent, à partir des espèces d\\\'invertébrés trouvés dans la rivière, de déterminer une note sur 20 qui nous renseigne sur la qualité du milieu en général.  POur 2007, 7 stations de prélèvements ont été choisies en fonction des travaux réalisés en 2006 et 2007.      

Bilan sur les IBGN

Les IBGN obtenus sur la Valmont montrent :

            - station 1 : aval du vivier : zone de sources : milieu de bonne qualité

            - station 2 : sortie du bourg de Valmont : milieu de qualité passable

            - station 3 : sortie du bourg de Colleville : milieu de qualité passable

            - station 4 : entrée dans Fécamp : milieu de bonne qualité

            - station 7 : sortie de Fécamp : qualité médiocre

Même si les notes obtenues ne sont pas, d’après le calcul de la robustesse, particulièrement résistantes, nous pouvons remarquer que :

- la charge organique du milieu augmente après le bourg de Valmont,

- l’abondance de chironomes témoigne de la présence d’eaux usées sur 

   l’aval de Colleville,

- la qualité du milieu s’améliore de Colleville à l’entrée de Fécamp

- cette qualité du milieu se dégrade fortement dans Fécamp 

 

Les IBGN obtenus sur la Ganzeville montrent :

- station 5 : aux sources : milieu de qualité médiocre

- station 6 : entrée de Fécamp : milieu de qualité passable

Nous pouvons donc remarquer que :

- les sources de la Ganzeville sont fortement dégradées

- le milieu reste passable à l’entrée de Fécamp pour se dégrader lors du 

   parcours en ville

 

 Bilan sur les analyses physico-chimiques :

 

* concernant les matières en suspension :

Les matières en suspension proviennent, essentiellement, du lessivage des sols des plateaux. A fort taux, ces apports exogènes dégradent les conditions du milieu, notamment en colmatant les frayères, mais aussi en abrasant les branchies des poissons.  

 Les données montrent des taux inférieurs à 25mg de MES/L d’eau, ce qui révèle plutôt un milieu de bonne qualité, de classe 1. A savoir que les prélèvements ont été réalisés avec plus de 5 jours de stabilité. Cependant, le taux augmente entre les sources de la Valmont (1,40 mg/L), la sortie du bourg de Valmont (4 mg/L) et l’aval de la station d’épuration de Colleville (8,40 mg/L). Le taux diminue ensuite au niveau de l’école de voile de Fécamp (4 mg/L) pour augmenter, à nouveau, après avoir traversé Fécamp (9,40 mg/L).  Ces valeurs témoignent donc d’une épuration naturelle grâce aux végétaux entre la sortie de Calleville et l’entrée de Fécamp, malgré la présence de quelques ballastières sur ce tronçon. Concernant la Ganzeville, le taux aux sources (8,80 mg/L) est assez élevé comparé aux sources de la Valmont. Le taux augmente pour atteindre 14mg/L à l’entrée de Fécamp. Ces résultats sont à mettre en corrélation avec l’occupation des sols sur les bassins versants puisque le bassin versant de la Ganzeville a plus de parcelles cultivées que celui de la Valmont.  

 

* concernant les nitrates :

 

Les nitrates proviennent essentiellement du lessivage des terres agricoles. Leur présence entraîne des phénomènes d’eutrophisation. 

 

Les sources de la Valmont et de la Ganzeville montrent des chiffres très élevés : 41,2 mg/L et 41,6 mg/L, dépassant largement 5mg/L, classant les rivières en classe 2. Puis, les chiffres, pour la Valmont, diminuent entre les sources et la sortie de Colleville, témoignant ainsi d’une capacité naturelle de la rivière à assimiler les nitrates. Le taux augmente au niveau de l’école de voile, juste à l’aval des jardins familiaux et d’un axe de ruissellement provenant du Torp. Sur la Ganzeville, le taux à l’entrée de Fécamp est de 37,9 mg/L, moindre qu’aux sources, mais reste encore élevé.   

 

*concernant les orthophosphates :

 

Les orthophosphates sont une forme de dosage du phosphore. Ils proviennent, essentiellement, du lessivage des sols agricoles, et des rejets domestiques.  

 

Les chiffres se situent aux environs de 0,2mg/L d’eau, ce qui révèle plutôt une eau de bonne qualité à l’aptitude biologique, classe 1A (car inférieur à 0,5 mg/l). Comme pour les nitrates, le taux augmente des sources de la Valmont (0,19 mg/L) jusqu’au petit Moulin de Colleville (0,26 mg/L), puis diminue au niveau de l’école de voile (0,22 mg/L), témoignant ainsi d’une zone d’épuration naturelle des eaux entre la sortie de Colleville et l’entrée de Fécamp. De même pour la Ganzeville, le taux diminue entre les sources (0,21 mg/L) et l’entrée de Fécamp (0,18 mg/L).

 

*concernant l’ammonium : 

 

L’ammonium provient essentiellement des rejets domestiques et d’élevage. Le seuil admissible pour la vie aquatique est de 0,5 mg/L.

 

L’ensemble des résultats témoigne d’une eau de bonne qualité, de classe 1. Cependant, le taux augmente entre l’entrée et la sortie du bourg de Valmont, lié probablement à la traversée dans le bourg. Le taux est le plus élevé au niveau de l’entrée de Fécamp, sur la Valmont 0,13 mg/L. La présence de la pisciculture Fontaine peut en partie expliquer ce résultat.

Sur la Ganzeville, le taux d’ammonium est moins important que sur la Valmont, et moins important qu’en 1990/1991, où ce paramètre déclassait la qualité des eaux de la rivière de Ganzeville.

 

*concernant la conductivité :     

 

La conductivité traduit la minéralisation totale de l’eau.

       

            Globalement, les résultats sont compris entre 609 et 639 µS/cm, ce qui témoigne d’une eau de bonne qualité (entre 400 et 750 µS/cm). Cependant, la conductivité est la plus forte au niveau des sources de la Valmont : ceci étant à mettre en corrélation avec les résultats de nitrates et de phosphates. Elle est aussi élevée aux sources de la GAnzeville (634 µS/cm).

 

*concernant la DBO5 et la DCO :   

 

La demande chimique en oxygène et la demande biologique en oxygène renseignent sur la charge organique des eaux.

 

            Les résultats étant inférieurs à 3mg/L, pour la DBO5, et inférieurs à 30 pour la DCO, témoignent d’une charge organique compatible avec la vie aquatique. Cependant, le taux augmente entre l’entrée et la sortie de Fécamp.

 

            * concernant les produits phytosanitaires :        

 

La déséthylatrazine est un produit de dégradation de l’atrazine. De même, la déséthylsimazine est un produit de dégradation de la simazine. Ces produits ont un pouvoir hautement toxique pour les poissons et la vie aquatique.

 

Les produits de dégradation de la simazine et de l’atrazine sont en quantités plus importantes que la simazine et l’atrazine, sur la Valmont, démontrant ainsi le caractère rémanant de ces substances. Par contre, les quantités d’atrazine trouvées aux sources de la GAnzeville restent importantes (0,233 µg/L).

 

*concernant la bactériologie :

 

La présence de coliformes et d’entérocoques témoigne des rejets domestiques directs en rivière. 

 

            Les données au niveau de l’aval de Valmont révèlent d’importants dysfonctionnements dans le bourg, soit sur les parcelles riveraines de la rivière, soit sur les parcelles riveraines des ruisseaux. Les chiffres augmentent de façon importante à l’entrée du port, après la traversée de Fécamp. Les valeurs sont d’ailleurs doublées, voire triplées pour les streptocoques entre Avril 2002 et Octobre 2007.

 

 Synthèse :

 

            Alors que les données de 1980 à 1999 témoignent d’une qualité des eaux moyenne avec des facteurs déclassants, qui sont pour la Valmont : la DBO5, les nitrates et le phosphore et pour la Ganzeville : l’ammonium, et la DCO, les résultats 2007 montrent des eaux de bonne qualité à passable. Les facteurs déclassants sont :

 

-la bactériologie,

-les produits phytosanitaires,

-les nitrates.